Nos différentes cueillettes du printemps

J’ai consacré certains articles à quelques cueillettes. Faute de temps je n’ai pu le faire pour toutes!

Je rattrape donc mon retard ici en vous parlant rapidement des différents cueillettes que nous avons pu réaliser entre celle de la camomille et celle du coquelicot.

L’eucalyptus

Après avoir ramassé la camomille nous avons profité d’être au Portugal pour reprendre notre stock de feuilles d’eucalyptus. Ce dernier est utilisé dans notre infusion de saison pour l’hiver, puis pour réaliser un baume.

Malgré le mauvais temps à cet instant là, j’ai pu ramasser une bonne quantité de feuilles ayant trouvé un majesteux Eucalyptus vers le magnifique village de Monsanto.

Rassurez vous il porte bien mal son nom! Ce village reconnaissable à ses gros rochers arrondis et un petit havre de paix .

Le thym

A notre retour en France au mois de mai nous étions en pleine période de floraison du thym. On sors donc la serpette et c’est parti en faisant bien attention de cueillir correctement et de ne pas couper l’arbrisseau trop court!

Nous utilisons le thym dans de nombreux mélanges d’infusions et nous réalisons également un sirop doté de nombreuses propriétés interessantes surtout lors de l’arrivée du froid.

C’est autour de Montpellier puis de Nîmes que nous avons pu ramasser tout le thym dont nous avions besoin

Le calendula

Quelle joie de trouver du calendula sauvage!

Je m’étais toujours dit que je ne pourrais faire des macérats de calendula que lorsque j’aurais mon terrain, je ne pensais pas avoir l’opportunité d’en trouver du sauvage.

Grâce à une amie ayant suivi la même formation que moi j’ai pu trouver ce petit souci des champs. Ici on ne parle donc pas de Calendula officinalis mais bien de Calendula arvensis.

Il possède les même propriétés que le souci des jardins, mais étant donné que c’est une espèce sauvage peut-être peut on espérer qu’elles soient même plus importantes.

Après un séchage de quelques jours , les fleurs de calendula sont mises à macérer dans de l’huile d’olive pendant 3 semaines.

Le romarin

Nous arrivons vers la fin de la floraison (fin mai) mais le romarin est une plante qui fleurit deux fois dans l’année. Il conserve donc ses principes actifs en bonne quantité quasiment toute l’année.

C’est autour de Nîmes que j’ai pu ramasser la quantité de romarin que j’avais besoin. Toujours en cueillette responsable, il est important de tailler correctement le pied.

Après la cueillette, reout au camion pour préparer le sèchage. Cette fois ci je n’ai pas mis directement sur claies étant donné qu’elles étaient toutes pleines (de thym). J’ai donc ficeler par bouquet le romarin et fais sécher (en hauteur) dans le garage des amis chez qui nous étions.

Le romarin accompagnera d’autres plantes pour les mélanges de tisane et sera également transformé en sirop.

L’olivier

Profitons d’être encore dans le sud de la France afin de récolter les dernières plantes méditéranéennes. L’olivier en fait parti.

Il est plus difficile de trouver de l’olivier sauvage mais quelques arbres par ci par là nous aurons permis d’avoir la quantité necessaire à nos transformations. Les feuilles d’olivier sont utilisées essentiellement pour les infusions.

Après ce résumé des différents cueillettes du printemps, nous allons pouvoir passer aux cueillettes de l’été et nous commencerons certainement par le tilleul…

A voir dans un prochain article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*