Aubépine


Nous sommes au mois d’août en Bourgogne et voilà que l’on peut apercevoir les petits fruits rouges de l’aubépine jaillir des fourrés et des lisières de bois. Mais d’autres petites boules rouges font leur apparition et il est important de ne pas se tromper lors de notre cueillette. Le premier article de la partie « Flore et usage » sera donc consacré à la belle Aubépine, plante aux dizaines de vertus. Comment la reconnaître et surtout comment l’utiliser?

Nom latin : Crataegus monogyna, Crataegus oxyacantha

Famille botanique : Rosacées

Parties utilisées de la plante : feuilles, fleurs, fruits

Récolte : Pour les feuilles et les fleurs il faut récolter au printemps. Pour les fruits cela se passe au début de l’automne voir fin d’été suivant les régions.

Habitat : Un peu partout ! L’aubépine n’est pas bien difficile à trouver surtout si vous cherchez le long des bois et des prairies. Présente jusqu’à 1600 m.

Description : Tout d’abord précisons que l’on peut trouver deux espèces d’aubépine.  Pas d’inquiétude les deux sont médicinales et ont les même propriétés. Mais il est intéressant quand même de pouvoir les différencier.

L’aubépine monogyne (Crataegus monogyna) possède un seul style (donc un seul noyau dans le fruit) et ses feuilles présentent 5 découpes.

L’aubépine commune (Crataegus oxyacantha) possède deux styles (donc deux noyaux pour un fruit) et ses feuilles présentent 3 découpes.

Dans tous les cas cet arbrisseau assez épineux est très commun en Europe. Au printemps on constate en premier l’apparition de ses feuilles vertes foncées, caduques, à 3 ou 5 lobes suivant les espèces.

Ensuite les sommités fleuries arrivent et maculent de blanc les lisières des prés et des bois. L’odeur est assez pénétrante : on aime ou on aime pas c’est selon les goûts… et l’odorat de chacun.

L’inflorescence en corymbe porte des fleurs blanches, voir rosées, à 5 pétales.

 

Les fruits sont des drupes a un ou deux noyaux suivant l’espèce, comme nous l’avons vu plus haut. Les fruits sont également appelés « cenelles ». Ils sont comestibles mais farineux.

Les principes actifs : 

Les feuilles, les fleurs et les fruits renferment :

-des flavonoïdes (héperoside, rutoside, spiréoside)

-des acides triterpéniques

-des acides phénols

-des proanthocyanidols

-des hétérosides cyanogénétiques

-des amines aromatiques

Les propriétés : 

-L’aubépine est une plante cardiotonique et ce grâce aux flavonoïdes qu’elle contient. Elle est à la fois tonique du coeur puis antispasmodique.

-C’est une plante du soir, elle régularise l’excitabilité du système nerveux.

-Elle peut être utilisé par la femme lors de trouble lié à la ménopause (comme les bouffées de chaleur mais aussi les insomnies ou l’irritabilité).

-En cas d’hypotension et d’hypertension c’est une plante bien utile car elle régularise la tension artérielle. 

-Ses propriétés astringentes font également de l’aubépine une plante adaptée contre les maux de gorge

Les usages : 

 . Les tisanes : 

Une bonne pincée d’aubépine (feuilles ou fleurs ou fruits suivant ce que vous avez…et ce que vous préférez en goût) , fraîche ou sèche, pour une tasse d’eau chaude.L’idéal serait de ne pas dépasser les 70° degrés. Faire infuser 5 à 7 minutes à couvert .

Cette tisane permet de calmer le système nerveux et donc sera utile le soir afin de préparer au mieux votre nuit de sommeil. Prendre deux tasses par jour. (une le midi et une en soirée)

Elle adoucira également une gorge trop irritée,pour cela buvez lentement.

. Teinture mère : Il est conseillé de réaliser une teinture mère au printemps avec les fleurs , puis une en automne avec les fruits. Ensuite vous pourrez mélanger les deux en parts égales. Ce mélange permettra de recevoir toute l’énergie de la plante. 

Prendre 25g d’aubépine sèche (feuilles, fleurs ou fruits…) pour 125ml d’alcool à 45°. Mélanger le tout dans un bocal.  Faire macérer durant 3 semaines à l’abri de la lumière puis filtrer.

– Pour aider à améliorer son sommeil : 20 à 30 gouttes , 3 fois par jour dans un verre d’eau. A prendre le soir

– Anticholestérol : Afin de garder son taux de cholestérol à un bon niveau , 10 à 20 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour.

– Muscles, tendons, capillaires sanguins : afin de les maintenir en bonne santé, 10 à 20 gouttes de teinture mère dans un verre d’eau, une fois par jour, cure d’un mois.

. Macérat huileux : 

-L’huile de macération des fruits peut être utilisé sur les peaux grasses. Elle rééquilibre l’état de la peau. On peut également l’appliquer sur la colonne vertébrale le soir, elle calme et favorise le repos.

-L’huile de macération de fleurs soulagera les peaux irritées et sèches.

Les particularités : 

L’usage de la plante peut être long à se faire sentir, mais une fois installé les effets positifs se ressentent pendant longtemps même après l’arrêt du traitement.

Les toutes jeunes feuilles, vert clair, sont très tendres et  peuvent agrémenter les salades de pousses sauvages que l’on aime manger au printemps.

Contres indications et interactions : 

D’une manière générale, l’aubépine présente des interactions positives et bénéfiques avec les traitements conventionnels pour le cœur. Evidemment si vous souhaitez utiliser l’aubépine en plus de votre traitement il faudra en parler avec votre médecin.

« En théorie, l’aubépine renforce l’activité des médicaments cardiotoniques comme la digitale, le muguet, la strophantine, ainsi que les glycosides cardiaques : digitoxine et digoxine. Et vu qu’elle a des effets vasodilatateurs et anti-arythmiques, elle peut aussi aider à réduire la toxicité de ces glycosides, en réduisant le dosage nécessaire pour atteindre les effets voulus.  » (1)

Cueillette et séchage : 

– Pour les fleurs : on récolte quand les fleurs sont encore en boutons,à peine éclos. Siinon les pétales tombent directement et lorsque vous poserez votre récolte dans vos claies pour sécher vous n’aurez plus grand chose. On dit alors qu’on récolte l’aubépine « jeune fille ».

Si le temps est correct et que vos conditions de séchage sont bonnes, les fleurs et feuilles devraient être sèches en 3 jours. Elles doivent également garder leur couleur d’origine , mais avec le temps les fleurs peuvent avoir tendance à jaunir, c’est un processus normal.

Pour les fruits : On récolte en automne (suivant les régions), lorsque le fruit est bien rouge. Les fruits sèchent en 4 – 5 jours , ils vont foncer et se flétrir.

Lorsque tout est bien sec vous pouvez stocker dans des bocaux à l’abri de la lumière, ou alors dans des sachets krafts puis dans une salle dépourvu d’humidité.

 

Source :

-« Le petit larousse des plantes médicinales » de Larousse

-« 250 remèdes naturels à faire soi-même » de Claudine Luu

-Le site « Altheaprovence » de Christophe Bernard (1)

 

Les termes botaniques et les propriétés sont expliqué dans les lexiques.Pour cela cliquez sur le mot et suivez le lien